En 2015, je fus finisher de la Diagonale des Fous, mon premier ultra trail. Aujourd’hui, nous sommes à quelques semaines de vivre la Diagonale des Fous 2020. Je reviens sur cette aventure pour partager cette expérience avec vous, et vous aider à préparer votre Diagonale des Fous. Restons humble, je suis un Monsieur-tout-le-monde, il n’y a eu pour ma part aucun objectif de classement ou de chrono. Je n’ai suivi aucun plan d’entraînement à la lettre. Voici des conseils à prendre ou à laisser pour mieux appréhender cet ultra trail sur l’Ile de la Réunion. Vous trouverez aussi dans cet article un lien vers les conseils d’Antoine Guillon !

Vous avez bien dit Diagonale des fous ?

Cette course est un circuit de plus ou moins 170 km avec quelques 10.000m de dénivelé positif. Son véritable nom, c’est le Grand Raid de la Réunion, mais comme on traverse l’Ile en Diagonale, la course s’est vu attribuée un sobriquet plus sexy. La Diagonale des Fous et le Grand Raid de la Réunion c’est donc pareil ! A l’origine (en 1989), cette course s’appelait la Marche des Cimes. Cela fait plus de 20 ans que cette course existe : à l’époque, une poignée de 100 bons hommes partaient avec leur tee shirt en coton à travers l’hostile Ile de Bourbon, retrouvez ici toutes un historique des éditions de la Diagonale, avec les kilométrages et dénivelés ainsi que tous les finishers qui ont gravé leur nom dans l’Histoire du Grand Raid

Coté organisation, ça représente un an de travail et une logistique de furieux pour acheminer quelques 14000 bananes, 650kg de riz ou encore 23000 litres d’eau (tous les chiffres ici). Sur l’Ile, le Grand Raid est un événement ultra populaire, on est mis dans l’ambiance dès la descente de l’avion : ti-punch sur le parking de l’aéroport, pub dans les journaux, reportage sur le Canal + local ou à la radio ! Dans chaque village traversé, c’est plus qu’une course, c’est une fête !

Un rêve de gosse pour moi, et pour vous ?

Courir la Diagonale des Fous, je l’avais en tête depuis bien longtemps ! Un oncle vivant sur l’Ile de la Réunion me racontait ses aventures. Depuis tout petit, je rêvais donc de rejoindre cette poignée de fous sur la ligne de départ pour tenter l’aventure. Je ne vous dis pas ça pour vous raconter ma vie, mais pour insister sur le fait que c’est une aventure qui se prépare dans la tête. A chaque footing, chaque balade, chaque départ de course je pensais à la Diag’ ! Quand je faisais des sorties de 25km, je me disais que sur la Diag, il ne m’en resterait plus que 140. Quand il pleuvait, je sortais courir exprès en me disant que sur la Diag, il pleuvra sûrement. En pleine chaleur, idem etc….

Les places sont chères

Ce n’est pas le prix d’inscription qui est cher, c’est la chance d’être retenu qui est faible. Aujourd’hui, ce sont 2500 personnes qui se cyber-combattent sur le même serveur pour pouvoir s’inscrire en ligne dès le mois de février et avoir une chance de décrocher le précieux sésame : son inscription. Pour ma part, j’ai mis 3 ans à l’obtenir ! Il faut simplement obtenir 80 points en une course pour s’inscrire. A 1 point du kilomètre, ce n’est pas violent a coté d’autres ultras, sachant que vous avez l’année de votre inscription aussi pour montrer patte blanche. Pour ma part, n’ayant jamais fait d’ultra ou même de trail avant cette course, c’est le Raid 28 qui m’a permis de m’inscrire. A partir de cette année, les places sont d’autant plus chères que l’organisation semble avoir opté pour la vente de pack « billet d’avion + inscriptions », ne facilitant pas ceux qui ont un petit budget.

La préparation physique

Bien sûr, c’est préférable d’être coureur à pied . Je vais peut être me faire huer par la communauté de runners, mais je ne pense pas que l’entrainement de course à pied soit aussi important pour préparer la Diagonale des Fous que pour faire un trail plus court. Je pense qu’il faut habituer son corps aux efforts longs, mais pas forcément en courant. D’ailleurs, je n’ai jamais aussi peu couru que pendant cette année de préparation à la Diag.

Par contre, j’ai fait plus de travail plus spécifique : musculation, gainage, marche, montée de talus. Ma plus longue sortie en entraînement n’a pas excédé 50 kilomètres. L’été qui a précédé, j’ai tenté la grande traversée des Alpes mais notre équipe a du abandonner au kilomètre 80. Voici donc le « plan d’entrainement » que j’ai suivi.

Le plan d’entrainement d’un finisher (moi)

[su_button url= »https://en-diagonale.com/se-preparer/entrainement/ » style= »flat » background= »#26348c » color= »#ffcb01″ size= »5″ wide= »yes » center= »yes »]Mon plan d’entrainement[/su_button]

Le plan d’entrainement et les conseils d’un grand Champion (Antoine Guillon)

[su_button url= »https://en-diagonale.com/se-preparer/conseils-antoine-guillon/ » style= »flat » background= »#26348c » color= »#ffcb01″ size= »5″ wide= »yes » center= »yes »]Les conseils d’Antoine Guillon[/su_button]

Le voyage et l’avant course

C’est frustrant d’arriver une semaine avant : j’ai dû sagement attendre la fin du Grand Raid pour goûter les rhums arrangés du tonton. De la descente de l’avion jusqu’au départ, j’ai évité les excès (pas d’alcool, de piment) mais sans me priver pour autant (la dodo lé la quand même). J’ai effectué une seule reconnaissance sur l’Ile (le Chemin des Anglais) et une balade de 3 heures dans Cilaos. Le reste du temps, c’était plutôt calme et j’ai eu la chance d’aller voir les coulées de lave du Volcan, qui a poussé son dernier souffle ce jour là. J’avais loué une voiture car les transports en commun sont compliqués sur l’Ile. Plus d’infos sur le transport.

Sur place, j’ai bien étudié le parcours sur les cartes IGN (non pas pour repérer les sections où j’allais pouvoir exploser des chronos sur Strava) mais pour anticiper les difficultés : je suis un coureur d’orientation, j’aime bien les cartes, je les avais d’ailleurs avec moi pendant la course

La liste du matériel pour faire la Diag

La liste du matériel obligatoire est diffusée sur le site de l’organisation, nous vous invitons à la consulter. Mon meilleur allié pendant cette année de préparation, c’était mon sac Olmo 5, que j’avais sur le dos à chaque sortie. J’avais deux gourdes de 750ml (pas plus car il y a des ravitaillements et des points d’eau tous les 15 à 20km). J’ai couru avec une tenue Zoomyn (short, tee shirt, polaire fin) et la lampe frontale Minimax de Stoots (je teste le nouveau modèle, toujours aussi léger). Retrouvez la liste complète du matériel pour la diagonale des fous, n’hésitez pas à laisser un commentaire si vous pensez que j’ai oublié quelque chose de vitale à ajouter sur la liste !

La diagonale des fous : avec ou sans assistance ?

J’ai eu la chance d’être accompagné et d’avoir de la famille sur place, ce qui nous a permis d’établir un plan de course et d’assistance très précis, selon mes envies. La course est faisable sans assistance bien entendu, l’organisation vous donner 3 sacs dans lesquels vous pouvez mettre ce que vous voulez dedans (chaussures, change, nourriture). Des camions acheminent ces sacs à Cilas et à la descente du Maido. Psychologiquement, c’est beaucoup plus simple d’avoir une équipe d’assistants. J’avais même la chance d’avoir deux équipages qui se relayaient sur le parcours, je les ai chacun vu trois fois. J’avais donc deux caisses, avec le même matériel dedans (sauf les chaussures). Dans chaque caisse deux paires de chaussettes, un buff, de la crème pour les pieds et de la crème solaire, du ravitaillement solide et liquide, des vêtements de rechange (short, tee-shirt), des piles pour la frontale.

Mes points d’assistance

Ce sont les points où j’ai pu manger et boire, que ce soit avec quelqu’un de mon entourage ou sur un point de ravitaillement de l’organisation.

  • Mare à boue : km 50 à 7h pour le lever du jour – repas à base de lentilles, un régal ! (équipage 1)
  • Cilaos : km 70 pour midi. J’étais en pleine forme pour attaquer le Col du Taibit et la descente sur Mafate (équipage 2)
  • Col des bœufs, 21h. Je venais de passer la mi-course à Marla. Avant la tombée de la nuit, j’ai pu retrouver ma famille qui m’avait monté un énorme plat de riz cantonais, un régal encore une fois (équipage 1)
  • Sans soucis : Km 120. Je venais de sortir de Mafate en passant le Maido a 5h du matin. Après 20km de descente, retrouver ma famille pour le levé du soleil m’a fait un bien fou dans la tete (équipage 2)
  • Possession. Dernier ravito avant l’arrivée (équipage 1)
  • Colorado : encore une fois un équipage pour m’encourager avant les derniers 4km puis Arrivée à la Redoute (équipage 1 et 2)

J’ai listé les points d’assistance ici, pour vous aider à planifier votre roadbook. Vous y trouverez les liens vers les Google map de chaque pointde ravitaillement, les kilométrages entre deux points ainsi que les temps de route !

La course en elle-même

Je vis chaque instant de l’entrée dans le SAS jusqu’à l’arrivée. Je le répète encore, mais la Diagonale des Fous, c’est une fête.  Aucune pression car aucun enjeu pour moi, je me moque du chrono, je veux juste me déconnecter et aller au bout de l »aventure.  Je vous invite à relire mon récit à ce sujet pour les détails. Je commence par perdre tout le contenu de mon sac sur la ligne de départ puis m’arrêter pour tout ranger (#boulet).

« 1er conseil : fermer votre fermeture de sac à dos en bas. Le mien était un peu petit (5L) et trop chargé. « 

La première nuit se passe bien, j’arrive en haut de la première bosse de 40km à mon rythme pour le levé du jour. Jamais en sur régime, en marchant dans les bosses, et trottant sur le plat. A chaque assistance je me change et je prends soin des points de frottement.

 » 2e conseil : changer ses chaussettes régulièrement, ne pas attendre quand on sent qu’on va avoir une cloque, remettre de la crème souvent »

Je mange avant d’avoir faim, je bois avant d’avoir soif, je dors quand j’ai envie de dormir. Trop excité par l’aventure, j’ai essayé plusieurs fois de dormir, mais je n’ai pas réussi plus de 10 minutes. 3 ou 4 arrêts de 20 minutes peuvent permettre de bien récupérer sans laisser la machine trop refroidir. J’ai eu de la chance d’avoir du beau temps la deuxième nuit, ce qui m’a permis de piquet un roupillon de 10 minutes en tee shirt à la belle étoile (et un autre en fin de nuit en descendant du Maido).

 3e conseil : ne jamais oublier de boire. J’ai commis cette erreur et j’ai passé la ligne d’arrivée inconscient, ayant « oublié » de m’hydrater (oui oui c’est possible)

Mise à part ce « désagrément », la course fut un véritable plaisir, je n’ai eu aucune souffrance physique (même pas une ampoule) ni aucune envie d’abandon (surement lié au fait d’avoir une assistance que j’ai croisé de nombreuses fois). Dans chaque village traversé, nous étions applaudi : les gens dansent, vous proposent à boire et viennent échanger quelques mots avec vous. J’ai abordé cette course avec beaucoup de prudence et d’humilité, en randonnant dès que la moindre difficulté se présentait à moi. J’ai commis des erreurs de débutant malgré tout mais c’est comme ça qu’on apprend ! Je garderai un bon souvenir de cette course, que j’ai terminé en 45h. Pour vivre la course de l’intérieur, je vous conseille l’excellent reportage de Zinzin

12 Commentaires

  1. J’ai lu tout avec passion et je prends note. J’y serai cette année. J’ai un peu d’experience mais tous les conseils sont bons à prendre. Merci

  2. Bonjour je viens de lire votre aventure attentivement, j’ai cette course en tête depuis longtemps. Je cours seule, il faut participer à quelques course officielle dans l’année je suppose pour avoir plus de chance d’être prise? Je me donne deux ans de préparation pour faire cette course que je pense être raisonnable

    • Bonjour Solène

      Le nombre de courses que tu vas faire ne t’apportera pas plus de chances d’être prise pour le tirage au sort, par contre ça t’apportera de l’expérience. Il faut deux courses de 80 km pour avoir le droit de s’inscrire, mais il y a un tirage au sort. Donc si tu te donnes cet objectif d’ici deux ans, tu peux d’ores et déjà te planifier deux ou trois courses de 80 km minimum afin de préparer ta diag’ et collecter tes points 🙂

      a +

    • Un bel objectif : il faut au moins 2 fois 85 points, un point étant 1 km ou 100 m de D+. Donc par exemple une course de 85 km bouclée ainsi qu’un autre de 60 km avec 2500 mètres de D+ suffisent à prétendre à l’inscription ! bonne préparation Solène !!

  3. Bonjour j ai lu avec passion ce récit et ces conseils mais une ou deux questions me taraudent l esprit :
    Les.dux courses à faire sont dans l annee de l inscription ou bien avant l inscription?
    Et en fait le tirage au sort ne laisse aucune chance à ceux qui ont une véritable envie de la faire car si on a ma chance au jeu …jamais je ne serais tiré au sort 😂

    • Bonjour Boris
      Les points sont à marquer sur l’année précédente et l’année en cours. Donc pour 2019, ce sont les points de 2018 et de la première partie de 2019 qui comptent (de janvier 2018 à juin 2019). Hésite pas si tu as des questions, pour ma part j’y retournerai en 2020 et comme j’ai peu de chance au jeu, j’achèterai le package. Après une comparaison, je me rends compte que la différence de prix n’est pas si énorme que ça. https://en-diagonale.com/test-inscription-package/

      A+

    • Salut Michel

      Je dirais 5 ou 6 jours avant sur l’île pour s’habituer à la météo et récupérer du voyage 🙂

      Pour l’hôtel, l’île est petite, tu as le choix du lieux, tu es à moins de 2h du départ partout 🙂

  4. Merci pour ton récit, je glane pas mal de récit sur le net pour m’imprenier et me préparer.
    Pour moi c’est dans 15j, çà approche le moment que j’attend depuis 7 ans, 45 h m’irait vraiment bien mais mon objectif est de finir. en tout cas, on devrait se faire plaisir !

  5. Bonjour,
    que d’informations et de découvertes pour ma part. Merci mille fois pour tous vos conseils et témoignages. Ils sont si précieux.
    J’y serais en 2020 pour une première et palpitante immense aventure.
    Modestement, je n’ai effectué que le 42km de Madère en 2019 en 6h30 pour terminer à ma grande surprise 230 sur 600. Et j’étais bien ! Au programme cette année les 85 du Vulcain puis 60 à Madère.
    J’ai un coach (12 diagonales pour lui) pour me préparer au mieux à cette extraordinaire aventure et je me demande si je n’ai pas eu les yeux plus grand que le ventre en m’inscrivant à la Diagonale et accomplir ce rêve : arriver à la Redoute, c’est tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*